Ortie, la mal-aimée

Nos amies les plantes

Une plante aux multiples vertus 

Notre première rencontre remonte au temps où j'étais un vrai garçon manqué, où je pouvais me balader, construire des cabanes avec les copains, jouer ...vivre en toute insouciance. Des rires à n'en plus finir, quand je me suis tombée sur un parterre d'orties. J'avoue ça pique, ça démange….  c'est horrible,  mais quel souvenir. Nostalgie, nostalgie ... quand tu me tiens ( sourires)

Après ce bain d'ortie, on se retrouve autour d'une assiette au restaurant le P'tit Bedon à Grenoble, où je revisitais les anciennes recettes. Quelle surprise, un arrière goût qui picote au fond de la gorge, mais un délice.

L'étude la phytothérapie m'a permis de la retrouver, et de la kiffer pour ses bienfaits.

C'est une sacrée plante aux qualités nutritionnelles bluffantes,  elle mérite qu'on se pique un peu. (1)

Avant de partir me ressourcer pour une semaine de paix et de silence, je me suis cuisiné une soupe de cette plante mal-aimée aux bienfaits insoupçonnés, que j'ai pu partager avec des amis testeurs d'Innimond.

 

Une soupe d'Ortie à ma façon, un plein d'énergie

 

Ingrédients :

2 oignons rouges

1 CS d'huile d'olive

1 grand saladier de jeunes feuilles d'ortie 

6 PDT de taille moyenne

1.5 litre d'eau

sel, poivre

1 pincée de gingembre 

Cueillette des jeunes feuilles, au sommet de la tige, bien les laver

Faire fondre dans l'huile d'olive les 2 oignons émincés, dès qu'ils sont  colorés  y rajouter les feuilles d'orties ciselées, puis les pommes de terre coupées en petits dés

Sel poivre, versez l'eau et laissez cuire 20 min à feu doux

Rajoutez selon votre envie, crème fraîche ou gingembre

Servir chaud avec croûtons de pain à la courge

Bonne dégustation 

 

 

Mercy dame Nature

 

(1) de François Couplan  "ORTIE  remèdes & Recettes" chez Rustica éditions

 

 

Qu’est-ce que l’ortie?

L’ortie (Urtica dioca), aussi appelée grande ortie ou ortie piquante, est une plante originaire de l’Asie et de l’Europe, mais aujourd’hui bien répandue à travers le globe et un peu partout en Amérique. Souvent qualifiée à tort de mauvaise herbe parce que, une fois poussée, elle se répand facilement, elle est cependant difficile à approcher. En effet, les tiges et les feuilles de l’ortie sont couvertes de fines petites aiguilles quasiment invisibles à l’œil nu, mais emplies de toxines qui provoquent au toucher une sensation de brûlure et de l’urticaire par libération d’histamine dans la peau. Comme le dit le proverbe, qui s’y frotte s’y pique! Il faut donc être prudent lorsque l’on cueille de l’ortie et porter des gants ainsi que des manches longues pour éviter les brûlures. Ce sont les feuilles qui sont en général utilisées de manière alimentaire et thérapeutique.

Une fois récoltées, les feuilles d’ortie peuvent être séchées ou chauffées (utilisées en infusion pour faire une tisane reminéralisante ou encore ajoutées dans des soupes et bouillons). Ces processus neutralisent la toxine présente dans les feuilles et retirent son aspect urticaire.

 

Quels sont les bienfaits de l’ortie?

L’ortie est l’une des plantes les plus nutritives au monde. Elle contient en effet 18 acides aminés, dont les 8 essentiels (donc constitue une appréciable source de protéines) et est une excellente source de fer végétal et de calcium. Par ailleurs, sa richesse en chlorophylle ainsi que sa teneur en bêta-carotène (provitamine A), en vitamine K et en nombreux oligo-éléments comme le zinc, le bore, le sélénium, le magnésium et la silice font de l’ortie une plante extrêmement nutritive et reminéralisante, ce qui a des impacts positifs sur la malnutrition et les troubles d’inflammation chronique comme les douleurs articulaires et l’eczéma.

 

L’ortie et le système musculo-squelettique

De par son importante teneur en nutriments essentiels pour les os et les articulations (acides aminés constituants du collagène, calcium zinc, bore, silice, magnésium), l’ortie permet le maintien d’un système musculo-squelettique sain. Son action alcalinisante (chlorophylle et minéraux) lui confère également un rôle anti-inflammatoire très efficace dans les cas de douleurs rhumatismales, arthrose et arthrite.

 

L’ortie et les systèmes nerveux et endocrinien

Étant très reminéralisante, l’ortie permet de nourrir le système nerveux et d’assurer un équilibre hormonal. Elle est aussi intéressante pour une femme désirant concevoir ou enceinte de par son aspect anti-inflammatoire et nutritif.

 

L’ortie et le système urinaire

L’ortie fait partie des nombreuses plantes dites diurétiques, c’est-à-dire qui entraînent l’augmentation de la diurèse (élimination d’eau par les reins ou urine). Cependant, contrairement à certains diurétiques néfastes comme le café (qui acidifie et déminéralise), l’ortie, de par sa richesse en minéraux, a un bilan électrolytique positif puisqu’elle n’entraîne pas de perte minérale malgré l’augmentation de l’excrétion urinaire.

Par ailleurs, l’augmentation de la diurèse permet une meilleure élimination des déchets métaboliques, donc une meilleure détoxification de l’organisme. Cela peut aussi être bénéfique dans plusieurs contextes, comme les infections urinaires, l’hypertension artérielle, la prévention des calculs rénaux, l’hypertrophie bénigne de la prostate (entraînant des mictions difficiles) et la rétention d’eau.

 

L’ortie et le système tégumentaire

L’action anti-inflammatoire et alcalinisante de l’ortie en fait également une plante de base à conseiller en cas de problèmes de peau inflammatoires comme l’eczéma. Par ailleurs, son apport en minéraux peut permettre de solidifier les ongles cassants et de diminuer la chute de cheveux, tout dépendamment de la cause de la perte de ceux-ci.

 

L’ortie et les allergies

L’ortie possède également des vertus anti-histaminiques, en faisant une plante de choix dans la prévention et le soulagement des allergies reliées à l’histamine comme les allergies saisonnières (rhume des foins), l’urticaire et l’asthme. Prise quotidiennement pendant plusieurs semaines avant la saison du pollen, elle peut permettre à une personne d’être pratiquement non incommodée lors de cette période.

 

Y a-t-il des contre-indications à l’utilisation de l’ortie ?

Le plus beau dans le tableau, c’est qu’en plus d’être une plante formidable, l’ortie ne possède pas vraiment de contre-indications avec des médicaments, ni avec la grossesse ou l’allaitement. En fait, elle est souvent recommandée durant la grossesse de par sa richesse en fer et autres nutriments qui vont permettre de soutenir la future maman dans la formation d’un bébé en santé.

 Rare mais possible, quand on se retrouve en excès de fer, j’ai pu constater des éruptions cutanées sous les bras, sur une cuisse, sur un flanc du ventre, qui disparaissent en quelques jours (les démangeaisons et rougeurs atténués avec l’Aventurine, et la Lapis-lazulli).

 

Naturellement vôtre


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.