Belley
06 66 93 85 39

M'twoua, Coach en Santé Naturelle 

M'twoua
Retrouvez votre équilibre, grâce au coaching naturel
 

M'twoua, Coach en Santé Naturelle 

Et si les plantes étaient nos héroines face à nos addictions !

Articles

Une vieille liaison entre l'Homme et les psychotropes, que le motif soit culturel, religieux, initiatique ou thérapeutique. Ils font partie  intégrante de la vie de beau nombre d'entre nous.

Le rythme effréné et nos modes de vie stressants ont accentués à un niveau sans précèdent leurs consommations.

Je me suis longtemps retranchée derrière le pourquoi un tel besoin, un tel comportement meurtrier !

Comment comprendre ce que je ne connais pas !!!

J'ouvre cette petite parenthèse ( la cigarette, l'alcool ne m'aiment pas, ou plutôt mon corps ne supporte pas.  )

Dans mon entourage familial, professionnel ; fumer, boire, consommer des substances règlementées ou non font partie de la vie courante. Des parents, des amis décédés ou mutilés dans leurs corps, des vies de famille détruites.

Alors, sommes nous tous égaux face au tabac, à l'alcool…?

 

Bien sur que non, mais je sais une chose, c'est qu'on peut changer.

J'ai appris la mort d'un homme que j'ai aimé, décédé seul. Qui a vécu avec ses excès ( tabac, alcool, colère..)  Personne ne devrait mourir seul. PERSONNE

Il nous a laissé une collection de disques de son idole Johnny, et j'ai découvert avec surprise un répertoire bluffant comme sa chanson sur la dépendance alcoolique.(1)

Avec des mots simples, décrit cette emprise.

Alors, quand mon petit dernier m'apprend qu'il fume, j'ai été un peu , beaucoup contrariée !

Après la surprise, du pourquoi ou comment puis je l'aider lui et ceux qui basculent en fumeurs dépendants. J'ai décidé d'écrire ces quelques lignes qui j'espère vous aideront dans votre démarche de sevrage.

L'expérience de mon p'tit dernier a duré quelques semaines et aujourd'hui, il a arrêté de fumer(youpi)

Son environnement social (internat, CFA, travail) n'a pas changé. La pression sociale a t elle diminué chez lui ? le désir d'appartenance ?  ou bien les effets recherchés consciemment ou non , de détente, de concentration au travail n'étaient pas au RDV ?

Son oncle, fumeur intensif depuis ses 17 ans, âgé aujourd'hui de 60 ans, a éprouvé à plusieurs reprises le désir d'arrêter de fumer. suivi différentes méthodes de sevrage sans succès. Mahieddine, un jeune client de 43 ans a repris la cigarette suite à son divorce.  Un de ses objectifs  pour 2019 est d'arrêter de fumer .

Pour mieux comprendre 

la sensation de plaisir est le résultat d'interactions chimiques complexes dans notre cerveau. Le point commun entre l'euphorie addictive d'une activité sportive, le plaisir de reprendre du chocolat et l'envie que  l'on ne peut contenir dans les cas de dépendances, est la stimulation

" du circuit de récompense"= circuit nerveux cérébral.

C'est là localement qu'on trouve une production de dopamine accrue qui provoque cette sensation de plaisir.

Mais à la différence du sport, du chocolat, la drogue provoque une sécrétion encre plus rapide et importante de la dopamine et affole les neurones.

C'est cette surproduction qui amène à l'addiction, les autres systèmes cérébraux de contrôle ne sont plus efficaces.

Notre corps est un formidable "chef d'orchestre", il sait prendre soin de nous, faut il seulement éviter de le mettre en surchauffe permanente.

 

les plantes qui vont aidées au sevrage agissent toutes sur les centres de contrôles qui modulent les pulsions et les envies.

On trouve en duo gagnant :

                                dans le sevrage du tabac : valériane et passiflore

                                dans le sevrage de l'alcool : Kudzu et passiflore

il est toujours souhaitable d'y associer l'aromathérapie par voie respiratoire  :

huile essentielle d'angélique et huile essentielle de litsée citronnée

le jour J, en débutant le sevrage, vous pourrez continuer à consommer les substances addictives en parallèle de l'utilisation du duo plantes/aromathérapie. il sera plus facile semaine après semaine avec une décroissance très progressive  que d'arrêter tout d'un coup.

Réduire donc petit à petit le nombre de cigarettes, de verres d'alcool…

 

Bien évidemment un suivi médical avec son médecin traitant est à privilégier pour évaluer la progression du sevrage.

Soyez indulgents avec vous-même, il faudra quelques semaines voir quelques mois si nécessaire pour atteindre votre objectif.

Donnez vous une date de début, pas de fin , inutile de se rajouter du stress contre productif !

Nos addictions qu'elles quelles soient, nous apprennent sur nous, en prendre conscience, le premier pas  vers la guérison….la liberté.

 

 

Prenez soin de vous, vous le valez bien

 

(1)"la fille à qui je pense" J Hallyday et J Revaux/R Bernet éditions Barclay

site http://www.tabac-info-service.fr

 

 

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.